Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Après le lancement de Mega, Kim Dotcom fait son mea culpa

, ,

Publié le

Selon le fondateur de Megaupload, son nouveau site lancé le 19 janvier, aurait été victime de son succès.

Après le lancement de Mega, Kim Dotcom fait son mea culpa © D.R. - @KimDotcom

"La publicité mondiale dont a bénéficié le lancement de Mega est tout simplement trop importante à gérer pour notre start-up. Je m'excuse pour la faible qualité de nos services". Kim Dotcom se justifie longuement sur son compte Twitter des ratés qui agacent les utilisateurs du tout nouveau Mega.


En effet, lors son lancement samedi 19 janvier, le site de sctockage de fichiers en ligne a attiré un million de visiteurs des 14 premières heures et plus de 500.000 utilisateurs inscrits, selon son controversé fondateur.

Depuis Kim Dotcom a refusé de mettre à jour les chiffres sur la fréquentation du site. "Si je vous le disais (...), vous ne me croiriez pas. Je ne peux pas le croire moi-même. Alors je ne le dis pas", a-t-il commenté. Mais selon ses dires, une équipe travaillerait sans relâche pour résoudre les difficultés rencontrées et le site devrait fonctionner normalement d'ici 48 heures.

Kim Schmitz - de son vrai nom - est réclamé par les Etats-Unis pour violation de droits d’auteur. Ils accusent les responsables de Megaupload d'avoir tiré 130 millions d'euros d'activités criminelles et causé un préjudice de 500 millions de dollars US aux détenteurs des droits, en proposant des copies piratées de films de cinéma, de programmes télévisés et d'autres contenus. Un an jour pour jour avant le lancement de Mega, le manoir de Kim Dotcom était par la police néo-zélandaise.

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus