Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Après le décès de Xavier Beulin, quel trait d'union entre mondes agricole et agroalimentaire ?

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le , mis à jour le 24/02/2017 À 12H04

Alors que s’ouvre ce samedi les portes du Salon International de l’Agriculture, rendez-vous incontournable des secteurs agricole et agroalimentaire, beaucoup craignent de ne plus avoir de leader capable de faire dialoguer ces deux mondes, suite à la disparition de Xavier Beulin. La cérémonie d'obsèque a lieu à Orléans ce 24 février. 

Après le décès de Xavier Beulin, quel trait d'union entre mondes agricole et agroalimentaire ? © UMP Photos - Flickr - C.C

Pour eux, la semaine a démarré dans un état second. Le décès brutal de Xavier Beulin, dimanche 19 février, à 58 ans, a laissé le secteur de l’agroalimentaire sous le choc. Le charismatique patron de la FNSEA, principal syndicat des agriculteurs, avait pourtant de multiples opposants. Comme les syndicats de gauche et les mouvements écologistes, ulcérés par sa vision en faveur de grandes exploitations  modernisées pour rester compétitifs face à nos voisins européens.

La "logique de l'offre et de la transformation" à tout prix

Ou Michel-Edouard Leclerc, le patron du numéro deux français de la distribution. S’il salue sur son blog la mémoire "d’un formidable entrepreneur", il regrette "de ne pas avoir eu avec le responsable syndical national les mêmes convergences qu'avec l'industriel visionnaire". "Probablement a-t-il aussi sous-estimé les demandes d'une agriculture plus diversifiée et plus écologique, écrit Michel-Edouard Leclerc. Il n'aura pas eu le temps d'accompagner cette transition qu'il évoque finalement dans son dernier livre : Notre agriculture est en danger."

La transition vers l’agro-écologie, c’est justement ce qui opposait le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll à Xavier Beulin, à la tête d’une coopérative céréalière dans la Beauce. Un homme trop porté "sur la logique de l'offre et de la transformation", aux yeux du ministre…

A la fois syndicaliste et patron de l’industriel Avril

Si tous reconnaissent avoir toujours pu échanger avec le dirigeant de la FNSEA, on a néanmoins reproché au syndicaliste son mélange des genres. Car Xavier Beulin avait aussi, depuis 2000, endossé un costume de patron industriel en tant que président d’Avril (ex Sofiprotéol). Un groupe aux 6,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015, champion français des filières des huiles et protéines végétales (marques Lesieur, Puget, œufs Matines…). Chez Avril, son parcours d’autodidacte et son empathie ont marqué les esprits. "Il était le fils spirituel de Philippe Tillous-Borde, qui l’y avait fait entrer", raconte un cadre.

"Construire des filières pour ne pas sacrifier l’amont, c’était la vision de Xavier Beulin", nous assure-t-on. D’où le deal réalisé par Avril en 2014 avec LDC, en choisissant de se séparer de ses propres usines de volaille. Ou des initiatives déployées au Maroc et Tunisie, pour soutenir les agricultures locales de ces pays. Avril va continuer à tracer sa voie, avec toujours aux manettes Jean-Philippe Puig, son directeur général. Le Conseil d’administration devra se réunir, mais rien ne sera fait avant les obsèques de Xavier Beulin, vendredi 24 février.

Pour le PDG de Nestlé France, "un ami est parti"

A Orléans, près de son exploitation, il avait initié l’an dernier la création de l’Open agrifood, un Forum se présentant comme un lieu de rencontres et d’échanges entre tous les acteurs des filières de la chaine agroalimentaire, et de promotion de la RSE. C’est ce trait d’union que regrette déjà Richard Girardot. Sur son blog, le PDG de Nestlé France a adressé un long billet en hommage à son "ami".

"Ce soir, un grand dirigeant est parti, un des rares qui aient une vraie capacité à entretenir et renforcer un dialogue de plus en plus important dans la filière agricole et agroalimentaire. (…) Il le disait dans son dernier livre, la France a plus que jamais besoin de retrouver une stratégie agricole. J’ai aimé, comme beaucoup d’autres, l’entendre nous la décrire. Je sais que ce qu’il a semé va continuer à grandir dans les mois et les années qui viennent et que d’autres vont ramasser le flambeau. J’espère être de ceux-là."

Gaëlle Fleitour

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • AVRIL à PARIS (75008)

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus