Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Apple et Microsoft liés par un accord "anti-clonage"

, , , ,

Publié le

Un accord de licences croisées impose à Apple d'entretenir des relations de saine concurrence avec Microsoft. C'est ce que la firme à la pomme a expliqué durant le procès l'opposant à Samsung. Car contrairement à Microsoft, le coréen a refusé de passer un tel accord, qui intègre une clause "anti-clonage" des produits.

Apple et Microsoft liés par un accord anti-clonage © Victor1558 - Flickr - C.C

Le procès Samsung - Apple continue d'être le théâtre de révélations surprenantes. Boris Teksler, directeur des brevets chez Apple, a présenté lundi au tribunal un accord de licences croisées passé il y a plusieurs années avec Microsoft. Objectif : montrer un exemple d'accord fructueux, permettant d'éviter les recours en justice pour violation de brevets. Une solution qu'Apple a proposée à Samsung en 2010, mais que le groupe coréen a refusée.

L'accord avec Microsoft prévoit une clause particulière d'anti-clonage, a précisé Boris Teksler. "Nous avons pris des dispositions spéciales afin que les deux parties ne puissent pas copier leurs produits respectifs", a-t-il déclaré selon Reuters. Microsoft et Apple peuvent donc accéder aux brevets technologiques de leur partenaire, à condition de réaliser des produits différents. De par cette clause, cet accord serait donc conforme à la stratégie d'Apple qui a toujours été de défendre sa propriété intellectuelle, a précisé Teksler.

Un accord datant de 1997

Le responsable n'a pas communiqué la date de l'accord auquel il faisait référence. Mais, selon le journal américain The Verge.com un premier accord de licences croisées a bien été signé entre Microsoft et Apple en 1997. Rappelons qu'en 1994, Apple a attaqué Microsoft pour plagiat concernant l'interface de Windows. Après avoir perdu définitivement son procès en appel, la firme à la pomme a de nouveau menacé d'attaquer Microsoft. Mais finalement, les deux industriels ont trouvé un terrain d'entente, concrétisé par cet accord de licences croisées de 1997. Par la suite, il a été complété par d'autres accords, couvrant de nouveaux brevets, souligne The Verge.com.

L'accord initial couvre des brevets liés au design des produits, mais aussi l'interface utilisateur. Il intègre effectivement une clause anti-clonage. Et par "clone", les deux parties entendent qu'il s'agit de produits "identiques" ou "sensiblement identiques". Ce qui reste assez vague. Mais cet accord pourrait expliquer pourquoi Windows Phone et iOS possèdent des interfaces utilisateurs aussi éloignées.

À l’inverse, Apple tente de démontrer que l'interface des smartphones Samsung est un plagiat de celle de l'iPhone. Durant le procès, des captures d'écrans plutôt embarrassantes ont été présentées, montrant d'importantes similitudes au niveau des icônes, entre l'interface d'un iPhone et celle de terminaux Samsung.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus