Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Alstom Reichshoffen demeure dans l’incertitude

, , , ,

Publié le

Malgré l’annonce par Alstom du transfert des productions de locomotives de fret et de motrices de TGV de Belfort (Territoire-de-Belfort), l’avenir du site de Reichshoffen (Bas-Rhin) et de ses 1 000 salariés reste incertain. Dépendant à 90 % de commandes publiques, l’industriel redoute de sérieuses baisses d’activité dans les années à venir.

Alstom Reichshoffen demeure dans l’incertitude
Train Régiolis.
© Alstom Transport

L’usine Alstom de Reichshoffen (Bas-Rhin), spécialisée dans la construction de rames TER Regiolis et de trains Intercités, compte actuellement près d’un millier de salariés dont une centaine d’intérimaires. Ce site va récupérer d’ici 2018 les activités de fabrication de locomotives et de motrices jusqu’alors produites à Belfort (Territoire-de-Belfort), selon l’annonce faire le 7 septembre par la direction du groupe.

Vécue comme une catastrophe dans la ville comtoise, cette information signifie la perte d’environ 400 emplois, appelés à être transférés vers les onze autres implantations d’Alstom en France. Dans la théorie, l’usine alsacienne pourrait en profiter, mais rien n’est certain. "Nous restons suspendus à la confirmation par le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, de sa promesse de nous confier la fabrication de 30 trains Intercités", confie un cadre du site.

Cette éventualité fournirait de l’activité à l’usine jusqu’en 2019 selon des sources syndicales. Mais si l’Etat ne confirmait pas son intention, les locomotives à produire ne compenseraient qu’en faible partie la perte d’activité de l’usine de Reichshoffen. L’avenir reste suspendu au résultat de l’appel d’offres ouvert par l’Etat pour le remplacement des trains Corail. "Le gouvernement a préféré la garantie du chômage à une petite prise de risque", a dénoncé, le 7 septembre, la sénatrice (LR) Fabienne Keller. Le contrat porte sur une valeur de 1,5 milliard d’euro. Même s’il était remporté par Alstom, l’activité générée ne devrait pas démarrer avant 2020, selon des sources syndicales.

Un avenir très incertain

Face à ces menaces, la fermeture du site alsacien a clairement été envisagée en février 2016. Des parlementaires régionaux redoutent le désastre que représenterait non seulement les 400 emplois perdus à Belfort, mais en plus, le millier de Reichshoffen. Sans compter les centaines d’emplois induits. Ils ont écrit une lettre à François Hollande pour s’inquiéter de l’avenir des usines Alstom.
Une source proche du dossier rappelle la fragilité de l’industriel : "Cette entreprise dépend en quasi-totalité de commandes publiques françaises. Or, l’Etat ne peut se soustraire aux règles d’appels d’offres, auxquels participent des concurrents étrangers", indique-t-il. La perte de la fabrication de 44 locomotives de fret, confiée par la SNCF et son partenaire allemand pour le transport de marchandises, à Vossloh, constructeur germanique, n’incite guère à l’optimisme.

Alstom s’est tournée vers les marchés étrangers, mais les commandes obtenues demeurent très faibles. Le site Alstom de Reichshoffen reste donc dans l’incertitude. Quid des 30 Intercités promis par Alain Vidalis, sans qu’il ne confirme sa promesse ? Quelle réponse sera donnée à l’appel d’offre des Intercités et son pactole d’1,5 milliard d’euros ?

La région Grand-Est ne commente pas cette situation. Dans son intervention de rentrée, le président (LR) Philippe Richert a souligné les discussions menées par plusieurs régions avec l’Etat pour renouveler le matériel roulant de plusieurs lignes pour tenter de les rendre plus attractives. Le résultat de ses négociations aura une influence certaine sur l’avenir du site de Reichshoffen.

Didier Bonnet

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus