L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

Alstom : Patrick Kron affiche sa confiance dans l'avenir

Par  - Publié le
Patrick Kron
© Eric Flogny - L'Usine Nouvelle

Commandes en hausse, ventes en redressement… le dirigeant d'Alstom compte poursuivre sur cette trajectoire et prévoit une croissance annuelle de 5% au cours des deux prochains exercices.

Il y a un an, presque jour pour jour, Patrick Kron déclarait à L'Usine Nouvelle : "Je pense qu'Alstom est sorti de la crise. Nos commandes 2011-2012 devraient être supérieures à celles de l'an passé." Prédiction réalisée : lors de la présentation des résultats de l'exercice 2011-2012, vendredi 4 mai, le PDG du groupe s'est félicité d'une progression des commandes de 14% (contre +5% l'an passé).

Si le chiffre d'affaires porte encore les traces de la crise de 2009-2010, avec une baisse de 5%, "le point bas a été atteint au premier trimestre de l'exercice et on voit depuis un redressement progressif", revendique Patrick Kron. Confiant dans la poursuite de cette trajectoire, le PDG se permet, malgré l'incertitude actuelle sur la conjecture économique, de faire des prévisions jusqu'en 2015 : "Grâce à des commandes soutenues, les ventes devraient croître de 5% par an au cours des deux prochains exercices."

Si le groupe voit l'avenir en rose, c'est d'abord grâce à ses succès dans les pays émergents. Pour la deuxième année consécutive, Alstom a enregistré 60% de ses commandes hors Amérique du Nord et Europe de l'Ouest. Soit un ratio 60/40 en faveur des pays émergents à l'inverse de ce qu'avait connu Alstom jusqu'en 2010. La preuve, selon Patrick Kron, que "le groupe a su suivre les mouvements du marché pour saisir les opportunités là où elles se trouvent". Alstom a notamment mené ces dernières années une politique déterminée d'alliances dans les pays émergents qui devraient encore donner de beaux fruits.

A la faveur du gaz de schiste

En Russie, après des méga-contrats pour des locomotives, Alstom et son partenaire russe TMH pourraient gagner l'appel d'offres pour le tramway de Moscou dès cet été. Prochaines cibles : le tramway de Saint-Pétersbourg et, bien sûr, le TGV qui reliera ces deux villes. Des accords plus récents ont été passés avec des entreprises russes dans les centrales thermiques, les turbines hydrauliques ou encore les équipements haute-tension.

En Chine, outre la coopération renforcée avec les principaux acteurs locaux du rail, la co-entreprise avec Shanghai Electric dans les chaudières de centrales à charbon réserve encore ses fruits pour l'avenir.

En Amérique du Nord, Alstom s'est bien installé dans les réseaux et devrait profiter du développement des smart grid.

Patrick Kron compte aussi placer ses turbines dans les centrales électriques à gaz qui devraient se multiplier sur le continent nord-américain, favorisées par l'exploitation des gaz de schiste. "Des concurrents nous disaient morts dans le gaz. Ils se sont trompés", martèle le PDG. "Nous avons une gamme de produits adaptés. Nous avons l'outil industriel aux Etats-Unis et nous y avons établi de bonnes relations commerciales."

Quand à l'Europe et l'impact des politiques d'austérité qui devraient s'y poursuivre, Patrick Kron se dit "prudent mais pas pessimiste". Le dirigeant du groupe spécialisé dans les infrastructures de transport et d'énergie veut "distinguer la dette liée à un passif, comme les dépenses de santé, et celle correspondant à des actifs qui durent."

Fort de son succès dans l'appel d'offres français pour l'éolien offshore, le groupe veut mettre en place une filière industrielle. Filière qui lui permettra non seulement de répondre à la prochaine tranche en France mais aussi d'attaquer les autres marchés européens, Royaume-Uni en tête.

La confiance, Patrick Kron la place aussi dans la technologie. Alstom a investi cette année environ 700 millions d'euros en R&D et son patron  a annoncé que ces dépenses devraient augmenter d'une centaine de millions d'euros par an au cours des prochaines années.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous