Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Alstom et la SNCF ne construiront pas le TGV saoudien

, ,

Publié le

L'appel d'offres a été remporté officiellement aujourd'hui par un consortium espagnol. Un contrat évalué à 7 milliards d'euros.

Alstom et la SNCF ne construiront pas le TGV saoudien © D.R.

Comme déjà pressenti il y a quelques mois, le tandem français Alstom-SNCF a perdu l'appel d'offres pour la construction du TGV en Arabie Saoudite. Le chantier a été attribué a Al-Shoula, un consortium formé de plusieurs compagnies saoudiennes et espagnoles (Talgo, Renfe, Adif, OHL).

La future ligne ferroviaire doit relier les villes de Jeddah et Médine. L'objectif premier est de transporter les plus de 2,5 millions de pèlerins qui se rendent chaque année à La Mecque. En dehors de la période du pélerinage anuel (le Hajj), des millions de visiteurs se déplacent toute l'année sur les lieux saints de l'islam que sont La Mecque et Médine.

Le contrat porte sur la construction de 450 km de voies ferrées, l'installation de signalisation et de systèmes de communication, l'électrification et l'installation d'un centre de contrôle. Il comprend aussi la fourniture de 35 rames de trains, ainsi que la maintenance du matériel roulant pendant 12 ans. L'ensemble est évalué à sept milliards d'euros.

En juillet dernier, des informations révélées par le journal espagnol, El Economista, faisait état d'un choix sérieux en faveur du consortium hispanico-saoudien. L'attribution du contrat se confirme donc aujourd'hui, sans que la date du début du chantier soit précisée pour le moment.

Pour ce vaste chantier, Alstom et la SNCF s'étaient alliés avec l'entreprise saoudienne Al Rhaji.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/10/2011 - 05h40 - arturpio

La France n'est pas malade de ses ingénieurs et ouvriers, qui sont excellents, mais de ses commerciaux - fonctionnaires, qui sont lamentables. Un autre problème : le "courage" des banksters français, préteurs sur gage, qui préfèrent gagner du fric en spéculant dans leur casino mondialisé que de financer l'économie nationale. Mais tout cela, on le sait depuis longtemps... Pauvre France !
Répondre au commentaire

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus