Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Airbus Helicopters supprime 582 postes en France

Olivier James , , , ,

Publié le , mis à jour le 26/10/2016 À 16H47

Comme attendu, Airbus Helicopters lance un plan de suppression de postes, sans licenciement contraint. Le site de Marignane est le plus touché, avec 544 suppressions de postes.

Airbus Helicopters supprime 582 postes en France © Lorette Fabre

Le couperet est tombé. Attendu depuis plusieurs mois, le plan qui vise à réduire la voilure chez Airbus Helicopters prend forme. Le groupe a annoncé mercredi 26 octobre "un plan d’adaptation collectif des effectifs" visant à supprimer 582 postes. "Un chiffre prévisionnel maximum", fait-on savoir en interne. D’après nos sources, le site de Marignane (Bouches-du-Rhône) serait le plus touché avec 544 suppressions de postes, contre 38 pour le site de Paris-Le Bourget. Il se déroulera sur deux ans, avec 383 suppressions en 2017 puis 199 en 2018.

Ce plan, qui ne prévoit aucun licenciement contraint, a été présenté lors de la réunion extraordinaire du Comité Central d’Entreprise (CCE) à Marignane. "Il correspond à la fourchette haute de ce que nous pouvions craindre", réagit Didier Hacquart, coordinateur CFDT Airbus Group. Alors qu’Airbus Helicopters emploie aujourd’hui 9200 personnes en France, il fera passer les effectifs de Marignane – aujourd’hui de 8500 personnes – sous la barre des 8000 salariés. La mise en pratique de ce plan sera discutée lors d’une réunion de concertation avec le CCE, prévue le 3 novembre prochain.

Mais ce plan de départs volontaires constitue tout sauf une surprise. Le groupe, comme ses concurrents, affrontent depuis bientôt deux ans une chute de la demande du côté du secteur parapétrolier. Pis encore, son activité a été durement touchée par l’interdiction de vol – de juin à octobre – de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) des Super Puma suite à l’accident mortel intervenu en Norvège en avril dernier. Pour ne rien arrangé, Airbus Helicopters vient d'essuyer un échec inattendu en Pologne, pour la vente de 50 appareils de type Caracal.

L'Allemagne épargnée

Les fonctions les plus touchées par le plan : les cols blancs. Autrement dit les fonctions RH, finances, qualité, achats, ventes, informatique, management, gestion de projets mais aussi les fonctions de support à la production et à l'industrialisation. "Au niveau de la production, le groupe a déjà mis en place des solutions et il existe encore des marges de manœuvres", estime Didier Hacquart. Des mesures de réduction des heures supplémentaires ont été mises en place ainsi que des transferts de personnel entre sites, en particulier vers le site d’Airbus Helicopters en Allemagne, à Donauwörth.

Le site allemand est d’ailleurs épargné par ce plan. "Il tourne à plein régime", commente une source interne. A tel point que l’activité de réaménagement des NH90 devrait quitter l’Allemagne pour fournir de l’activité à Marignane. Explications : le site de Donauwörth est davantage tourné vers l’assemblage d’hélicoptères légers, comme les H135 et les H145, contrairement au site français. Ces appareils sont moins touchés par la crise que traverse aujourd’hui le secteur. Mais les dirigeants du groupe semblent croire qu’un regain de forme pourrait intervenir dans les deux années à venir, raison pour laquelle ils tiennent à conserver à Marignane leurs forces dans les moyens – humains et matériels – de production.

Olivier James

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus