Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus Helicopters revient par la petite porte en Pologne

Aurélie M'Bida , , ,

Publié le

Alors que six mois auparavant, Varsovie a mis un terme aux négociations avec la division hélicoptères de l'avionneur européen, Airbus revient sur le territoire avec le dépôt de deux propositions dans le cadre d'un nouvel appel d'offre.

Airbus Helicopters revient par la petite porte en Pologne © Airbus Helicopters

Ni échaudé ni refroidi, Airbus Helicopters vient de revenir dans l'arène en Pologne. L'hélicoptériste a déposé deux dossiers dans le cadre de l'appel d'offres lancé par Varsovie en février dernier, pour l'achat de 16 appareils militaires. Cette annonce intervient alors que la Pologne a arrêté brutalement les négociations menées avec Airbus Helicopters en octobre 2016.

Varsovie avait lancé au mois de février dernier, un appel d'offres pour l'achat de 16 hélicoptères pour deux lots distincts : l'un pour équiper la marine et l'autre les forces spéciales polonaises. A cet égard, le pays avait invité Lockheed Martin, Leonardo-Finmeccanica et…Airbus Helicopters à déposer leurs offres. Le constructeur aéronautique américain Sikorsky (Lockheed Martin) a proposé une seule offre pour équiper les forces spéciales, et  Leonardo-Finmeccanica a candidaté pour les deux, comme Airbus, a indiqué l'agence de presse polonaise PAP en fin de journée lundi 27 mars.

Un conflit en suspens

"Airbus Helicopters confirme avoir répondu à deux procédures d'achat initiée par l'Inspection de l'armement. Des informations détaillées sur ce dossier ont été transférées au ministère polonais de la Défense", a précisé Airbus dans un communiqué cité par PAP. Le français a ajouté qu'à "ce stade, il ne fournira pas d'autres commentaires."

Le ministère de la Défense polonais veut acquérir huit hélicoptères capables d'effectuer des missions par les forces spéciales, des opérations de recherche et sauvetage au combat (RESCO) et huit machines conçues pour la guerre anti-sous-marine (ASW), avec la capacité simultanée de mener des missions de sauvetage en mer.

Lors de la rupture des négociations avec Airbus, le gouvernement polonais avait reproché au groupe aéronautique de ne pas avoir proposé des compensations industrielles suffisantes (offset). Tom Enders, le PDG d'Airbus, quant à lui, avait annoncé qu'il demanderait réparation à la Pologne. Le gouvernement conservateur polonais a ensuite annoncé qu'il lancerait un nouvel appel d'offres puis a ouvert une enquête sur l'annulation de la commande avec Airbus Helicopters.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/03/2017 - 17h24 -

Si la Pologne préfère acheter américain c'est son droit mais il faut qu'elle sorte de l'europe et arrête de toucher des subventions
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus