Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus et Boeing doivent-ils avoir peur du premier vol réussi du C919 chinois ?

Léna Corot , ,

Publié le

Le C919, fabriqué par l'avionneur chinois Comac, a effectué son premier vol vendredi 5 mai. Malgré 570 commandes enregistrées, le monocouloir, qui veut concurrencer les géants Airbus et Boeing, est encore loin de convaincre des acheteurs autres que chinois.

Airbus et Boeing doivent-ils avoir peur du premier vol réussi du C919 chinois ?
Le C919, fabriqué par l'avionneur chinois Comac, a effectué son premier vol vendredi 5 mai.
© Youtube/New China TV/CC

Après les tests de roulage, voici venu le temps du premier vol pour le C919. Fabriqué par la société chinoise Comac (Commercial Aircraft Corporation of China), le C919 s’est élancé dans les airs vendredi 5 mai depuis l’aéroport international de Shanghai-Pudong.

Si les tests en vol des avions peut paraître aujourd’hui courant, celui du C919 est très important. Jean-François Dufour, analyste chez Montsalvy Consulting, parle même de "date historique pour l’industrie aéronautique chinoise ". En concevant un tel avion, la Chine veut rivaliser avec des puissances comme les Etats-Unis, la Russie et l'Europe.

Toutefois, il reste encore un peu de travail au pays asiatique. Le C919 est en effet équipé de moteurs Leap du français Safran et de l'américain General Electric. Différents équipements tels que les toboggans de secours, le système d'oxygène et les sièges sont fournis par l'équipementier français Zodiac Aerospace. Le C919 est donc encore bien loin d'être un avion 100 % chinois.

Un C919 concurrent des Airbus A320 et Boeing 737

Le monocouloir, qui peut transporter de 158 à 174 passagers sur 5 550 kilomètres maximum s’attaque aux moyens courriers de chez Airbus et Boeing et veut donc rivaliser avec les A320 et les Boeing 737. Mais le C919 a-t-il les moyens de ses ambitions ?

Avec près de 570 commandes pour le C919, la société Comac affiche un "carnet de commandes record" pour un avion avant un premier vol, selon Jean-François Dufour. A titre de comparaison Boeing s’était contenté de 120 commandes avant le premier vol de son B707 en 1957 et Airbus de 6 commandes avant le lancement de son A300 en 1972. Ce sont les premiers programmes d’avions à réaction qui "représentent des paris comparables" à la commande d'un C919 aujourd'hui, précise Jean-François Dufour.

Que cache le "carnet de commandes record" ?

Toutefois tous les C919 ont été achetés par des compagnies aériennes chinoises ou à financements chinois et par des sociétés de leasing derrières lesquelles "on trouve toutes les grandes banques du pays et l’un de ses principaux assureurs", détaille Jean-François Dufour. Pour l’instant, le C919 reste donc un avion chinois acheté uniquement par des sociétés chinoises.

Commander un C919 reste un pari risqué pour les compagnies aériennes. Des incertitudes entourent sa capacité à recevoir toutes les certifications nécessaires pour qu’il puisse effectuer des vols hors de Chine. Le premier avion conçu et commercialisé par Comac, l’ARJ-21, n’ayant toujours pas reçu  le feu vert de l’Administration aéronautique américaine. Certifié en 2014 par les autorités chinoises, seuls deux exemplaires de ce petit avion régional bimoteur sont en service… en Chine.

Et si le C919 parvient a avoir toutes les autorisations nécessaires, il devra réussi à "convaincre face à deux best-seller qui ont fait leurs preuves" depuis de nombreuses années...

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus