Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus cherche une solution pour éviter la surchauffe de ses A350

Olivier James , , , ,

Publié le

Le système de refroidissement des A350 pourrait connaître des défaillances, prévient l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA). Airbus doit proposer la parade dans les prochaines semaines.

Airbus cherche une solution pour éviter la surchauffe de ses A350 © Airbus/P.Pigeyre/DR

Premier coup de chaud pour l’A350. Si les cadences de production du dernier-né d’Airbus sont pour l’instant respectées malgré les retards de livraison de certains équipements, l’appareil subit une première anicroche technique dont l’avionneur se serait bien passé. L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a publié mardi 22 août une directive d’urgence mettant en garde les compagnies aériennes : un phénomène de surchauffe de la pompe hydraulique présente dans le réservoir d’un A350 a été récemment détecté. De quoi inciter Airbus à alerter l’AESA afin de prévenir à son tour l’ensemble des compagnies exploitant la centaine d’appareils déjà en service.

Surchauffe incontrôlée

Chez Airbus, on assure qu’aucun avion n’est cloué au sol. Dans son document, l’AESA prend toutefois très au sérieux le dysfonctionnement. "Une telle défaillance peut causer une augmentation rapide de la température du fluide hydraulique. Cette condition, si elle n'est pas détectée et corrigée, combinée à un système d'aspiration de réservoir de carburant (FTIS) inopérant, pourrait conduire à une surchauffe incontrôlée du fluide hydraulique, entraînant éventuellement l'allumage du mélange carburant-air dans le réservoir d'essence concerné".

Pour contrecarrer le problème, Airbus propose une solution temporaire via un document dénommé MMEL (Master Minimum Equipement List) – détaillé par l’AESA – et qui décrit la procédure opérationnelle à suivre pour éviter ce risque de surchauffe. "Nous travaillons sur une solution définitive qui devrait intervenir dans les prochaines semaines", précise un porte-parole d’Airbus sans pouvoir à ce stade livrer davantage de détails. Cette solution pourrait passer soit par un nouveau logiciel lié à cet équipement soit par le remplacement d’une pièce. Le ton se veut en tout cas rassurant chez Airbus où l’on écarte tout scénario à la 787 Dreamliner plombé par des problèmes de batteries.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus