Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Agritel estime la récolte française de blé tendre à 36,64 millions de tonnes

Myrtille Delamarche , , ,

Publié le

Pile dans la moyenne des dernières années, la récolte de blé 2017 en France voit ses faibles rendements compensés par des surfaces plantées en hausse et une qualité exceptionnelle.

Agritel estime la récolte française de blé tendre à 36,64 millions de tonnes © Agritel

Après une récolte 2016 catastrophique, les céréaliers français vont pouvoir souffler. Malgré les inquiétudes liées à des épisodes de canicule, la récolte de blé 2017 est estimée par le cabinet Agritel à 36,64 millions de tonnes, exactement dans la moyenne des récoltes entre 2008 et 2015. "Avec toutefois un rendement moyen national de 71,2 quintaux par hectare, en retrait de 3,6% par rapport à la moyenne de cette période", précise Michel Portier, directeur général d’Agritel.

Des rendements très hétérogènes

Une surface plantée en hausse de 3,6% compense cette chute des rendements, qui s’avèrent très hétérogènes. "Il est fréquent d’observer des écarts de rendements allant du simple au double au sein d’une même exploitation, selon les types de sols et selon les précédents", rappelle Michel Portier, qui ajoute "les écarts sont aussi importants d’une région à l’autre, selon les cumuls et la répartition de la pluviométrie".  Les régions Poitou-Charentes, Limousin, Picardie et Champagne Ardennes sont particulièrement affectées par la baisse des rendements mais c’est la Lorraine qui souffre le plus avec une chute approchant les -20%, détaille Agritel.

La qualité au rendez-vous

La canicule, qui menaçait les grains d’échaudage, aura finalement joué en leur faveur : "les poids spécifiques sont généralement élevés, tandis que le cap des 12% de protéines sera probablement dépassé cette année", annonce Michel Portier. Seules quelques poches très localisées de dégradation qualitative sont à déplorer suite aux pluies de début juillet. "La qualité de la récolte 2017 permettra à la France de reconquérir les marchés perdus avec la médiocre récolte 2016, voire même d’en gagner de nouveaux sur un marché international qui s’annonce plus ouvert pour cette nouvelle campagne", déclare Michel Portier.

Réagir à cet article

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus