Aerolia envisage d'ouvrir une usine au Canada

Par  - Publié le
Aerolia
© D. R.

Après le gros contrat remporté auprès de l'avionneur canadien Bombardier pour ses futurs jets d'affaires, la filiale d'EADS spécialisée dans la fabrication d'éléments de fuselage, étudie la possibilité de construire une usine en Amérique du Nord.

La décision sera bientôt prise pour Aerolia, le premier fabricant français d'aérostructures. La société s'est donne tout l'été avant de savoir si oui ou non elle allait construire une usine en Amérique du Nord.

"On examine de près la possibilité de mettre en place une implantation industrielle chargé des opérations  d'assemblage au Canada. Grâce à cette proximité, on pourrait prendre en compte plus rapidement les modifications exigées par notre client", explique Christian Cornille PDG d'Aerolia.

La réflexion est d'autant plus pressante que le groupe vient de remporter un contrat significatif avec l'avionneur canadien pour la fabrication du fuselage central de ses futurs jets d'affaires. Un contrat évalue à un milliard de dollars sur toute la durée du programme.

Diversifier le portefeuille clients

Pour l'instant, il a envoyé une équipe d'une quarantaine d'ingénieurs pour participer à la phase de développement avec son client et ses partenaires. Les premières pièces doivent être livrées d'ici 23 mois. Le délai étant bref pour honorer les premières commandes, Aerolia devrait d'abord s'appuyer sur ses usines françaises (Méaulte, Saint-Nazaire) et sa nouvelle usine tunisienne.

Cela s'inscrit dans la stratégie a long terme d'Aerolia. Né du rapprochement en 2009 des activités aerostructures d'Airbus basées en France,  cette filiale veut diversifier son portefeuille de clients. La quasi-totalité de son chiffre d'affaires en 2010, soit 1 milliard de dollars, est réalisé avec Airbus, essentiellement grâce a la fourniture de l'ensemble des pointes-avant des appareils de l'avionneur européen.

"A l'horizon 2020-2025, nous voulons réaliser 50% de notre activité avec de nouveaux clients. Un site de production en Amérique du Nord serait une fantastique plateforme pour desservir les autres clients potentiels présents dans cette région :  Cessna, Boeing, Gulfstream, Bell", explique le dirigeant.

Le groupe mise sur une forte croissance dans les années à venir : il veut tripler son chiffre d'affaires d'ici 2020-2025 pour atteindre environ les 3 milliards de dollars."Nous voulons avoir la taille critique sur le segment des aerostructures et faire partie des grands du secteur au même titre qu'un Spirit (4,5 milliards de dollars de chiffres d'affaires, ndlr)"  vise Christian Cornille.

 

Accédez à toute l’information UsineNouvelle sur l’édition 2013 du salon du Bourget

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous