Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Aéro, Auto, Luxe… secteur par secteur, combien gagnent les patrons du CAC 40

Aurélie M'Bida , , , ,

Publié le

Au fil des parutions des rapports annuels, les rémunérations des dirigeants des sociétés du CAC 40 se révèlent. La stagnation de l’indice en 2014 n’a pas joué sur les salaires des capitaines dans ces grands groupes, qui ont vu l’an passé une augmentation de 4 à 10% par rapport à 2013 de leur rémunération globale – en fonction des sources et de l’assiette prises en compte.

Vendredi 24 avril, le mensuel Le Revenu publiait le palmarès des revenus des dirigeants du CAC, une étude réalisée en partenariat avec Ethics & Boards Online Governance Analytics. Nous l'avons épluchée, secteur par secteur.

L'industrie du luxe remporte trois sièges au sein des dix premiers du classement. En bas de tableau l'aéronautique et les télécoms sont les deux secteurs où les rémunérations ont été les moins élevées.

Rayon agroalimentaire

Franck Riboud (qui a cédé son fauteuil de DG en cours d’année passée à Emmanuel Faber) à la tête du groupe Danone, rafle la mise avec une rémunération globale de 6,08 millions d’euros. Soit près de deux fois et demie supérieure à celle de Pierre Pringuet avec 2,59 millions d'euros. Le PDG de Pernod-Ricard a débloqué nettement moins de stock-options que son homologue laitier (0,84 millions d’euros contre 3,19 millions).

La course auto remportée par les constructeurs

Dans le secteur automobile, Carlos Ghosn et Philippe Varin, respectivement dirigeants de Renault et ancien patron de Peugeot aujourd’hui chez Areva, cumulent une rémunération de 10 millions d’euros à eux deux (7,21 millions pour le premier et 2,76 millions pour le second). Tandis que les équipementiers cumulent moins de 5 millions d’euros à deux, avec 3,02 millions pour Jacques Aschenbroich, l’astucieux DG de Valeo, et 1,85 millions pour Jean-Dominique Senard, à la tête de Michelin.

Le pétrole toujours devant le renouvelable

Difficile pour les énergies renouvelables de battre les énergies fossiles... y compris en terme de rémunération. Total fait beaucoup plus fort qu’EDF qui diversifie depuis quelques années son offre de ressources énergétiques. Ainsi, Christophe de Margerie, défunt PDG de Total à qui Patrick Pouyanné a succédé en octobre 2014, prenait la première place de ce secteur avec 5,38 millions d’euros. A l’opposé, Henri Proglio puis Jean-Bernard Lévy à la tête d'EDF, n’ont pas dépassé le million d’euros avec 450 000 euros en salaire, 0 variable, 0 stock-option.

Entre les deux on retrouve Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez avec 3,45 millions d'euros, Antoine Frérot, dirigeant de Veolia, avec 2,11 millions d'euros, et Thierry Pilenko, patron de Technip qui a gagné 1,98 million d'euro en 2014.

Dans les télécoms, Alcatel-Lucent est le mieux équipé

Michel Combes remporte le premier prix dans les télécoms devant Martin Bouygues (dont la rémunération entre également dans la catégorie BTP) avec 1,74 million d’euros et Stéphane Richard, patron d’Orange, avec 1,32 million d’euros en 2014. Le directeur général d’Alcatel-Lucent qui a oeuvré pour le rachat global de sa compagnie par Nokia, a ainsi perçu 4,03 millions d’euros l’année dernière.

Luxe, habillement et cosmétique

L’Oréal, LVMH et Kering. Jean-Paul Agon, Bernard Arnault puis François Pinault. Avec une rémunération globale moyenne de 6,6 millions d’euros, figurent parmi les dirigeants du CAC 40 les mieux payés en 2014. Le PDG du leader des cosmétiques a ainsi totalisé 8,13 millions d'euros, le patron de LVMH, lui, a gagné 6,39 millions d'euros, tandis que François Pinault percevait 5,42 millions d'euros. Une certaine définition du charme à la française…

And the winner is…

Christophe Viehbacher ! L’ex-directeur général de Sanofi remercié avec pertes et fracas fin octobre 2014, arrive premier au classement avec 8,25 millions d’euros perçus en 2014, dont plus de 70% en stock-options. Suivent Jean-Paul Agon, 5e PDG de l’histoire de L’Oréal, avec une rémunération globale en 2014 de 8,13 millions d’euros, et Carlos Ghosn, l’emblématique PDG de Renault en plein bras de fer avec l’Etat au sujet des droits de vote double, et ses 7,21 millions d’euros.

Aurélie M'Bida

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

29/04/2015 - 11h30 -

Ce sont des salaires très élevés en temps de crise et de chômage de masse. Il y a eu des idées de rationnalisation des salaires des patrons mais il ne faut pas se faire d'illusion... @Justine : Concernant C.Ghosn, son salaire est énorme mais il vient à 80% de Nissan (constructeur Japonais qui gagne de l'argent contrairement à Renault).
Répondre au commentaire
Nom profil

28/04/2015 - 19h08 -

c 'est une honte, surtout pour ceux qui ont dû quitter leurs postes. C'est l'euro million chaque année, au détriment de l'investissement. Un qui doit regretter ses anciennes fonctions c'est PROGLIO faire ami ami avec les politiciens et avoir une folle ambition, c'est la chute assuré. Pour le patron de Renault Nissan c'est indécent.....
Répondre au commentaire

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus