Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Acome a fait passer les messages de l’industrie à Emmanuel Macron

, , ,

Publié le

En visite chez Acome dans la Manche, Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l’Economie, a bénéficié d’une véritable immersion en milieu industriel. L’occasion pour Jacques de Herre, le PDG de la Scop industrielle, de rappeler au ministre les défis auxquels sont confrontés les entreprises.

Acome a fait passer les messages de l’industrie à Emmanuel Macron © AFP

C’était la première sortie officielle du ministre de l’Economie. Et Emmanuel Macron, critiqué à gauche pour ses positions trop libérales, a choisi de se rendre dans une Société coopérative et participative (Scop).

Le 2 septembre, le jeune ministre de 36 ans s’est rendu à Mortain (Manche), sur le site d’Acome, une Scop industrielle de 1400 personnes spécialisée dans la production de câbles techniques pour les marchés automobile, télécom ou encore du bâtiment ou du ferroviaire.

"Nous étions plutôt flattés que le nouveau ministre de l’Economie décide de venir chez nous, avec deux secrétaires d’Etat, Axelle Lemaire pour l’économie numérique ce qui nous intéresse au premier plan, et Carole Delga en charge de l’économie sociale et solidaire", souligne Jacques de Herre, le PDG d’Acome.

Près de cinq heures à l’écoute des salariés et de la direction

Sollicités en fin de semaine dernière pour une visite le mardi 2 septembre, les salariés de la Scop ont accueilli pendant près de cinq heures les trois ministres – arrivés à 10h30 et repartis vers 15h. "C’est une équipe jeune, dynamique et impliquée", souligne Jacques de Herre. Il a trouvé le nouveau ministre de l’Economie "très à l’écoute et concerné par les problématiques des entreprises, particulièrement des entreprises industrielles."

Pour Emmanuel Macron, Axelle Lemaire et Carole Delga, la visite d’Acome s’est traduite par une véritable immersion industrielle. "Nous leur avons fait traverser 100 000 m² de bâtiments industriels, ils ont pu toucher les machines et voir tous les produits", s’amuse le PDG.

Le site de Mortain compte en fait cinq usines. Emmanuel Macron en a visité deux, celle dédiée à la production de fibres optiques et de câbles à fibre optique, et celle dédiée à la fabrication de faisceaux électriques pour l’automobile.

La compétitivité au cœur des discussions

L’occasion pour l’industriel de rappeler au ministre les défis rencontrés par les entreprises. "Nous devons nous battre sur l’ensemble de nos marchés pour défendre notre compétitivité et nos marges", confie Jacques de Herre.

Le PDG d’Acome a pu questionner le ministre sur les instruments de soutien des entreprises. Comme le Crédit d’impôt recherche, dont il a souligné la lourdeur administrative. "Il y a été sensible", explique Jacques de Herre. Ou encore le Crédit d’impôt compétitivité emploi, dont il a souhaité s’assurer de la pérennité. "Il nous a confirmé qu’il serait pérennisé, voire amplifié dans les années à venir", reprend Jacques de Herre.

De son côté, Emmanuel Macron a demandé au PDG d’Acome s’il comptait recruter prochainement. La Scop industrielle prévoit en effet d’augmenter de 50 % ses investissements dans les deux ans. "Nous allons recruter, mais plutôt en interne en transférant des salariés vers les activités en croissance", lui a répondu Jacques de Herre.

Arnaud Dumas

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus