Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

A quoi pourrait ressembler le prochain avion de Boeing qui contrera l'A321neo ?

Pierre Monnier , , , ,

Publié le

Vu sur le web L'avionneur américain pourrait lancer dès l'année prochaine un nouveau programme, pour l'heure dénommé 797. Il s'agirait pour Boeing de combler le trou laissé par l'arrêt de production du 757, tout en reprenant des parts de marché à Airbus. Les premiers vols ne sont pas attendus avant 2025.

A quoi pourrait ressembler le prochain avion de Boeing qui contrera l'A321neo ?
Boeing travaille sur un avion qui pourrait regagner les parts de marché perdues au profit d'Airbus et son A321neo.
© Airbus S.A.S 2011

Boeing doit jouer fin. Depuis l'arrêt de production du 757, les compagnies aériennes se ruent chez Airbus pour trouver un remplaçant adéquat à l'appareil. Bien que plus petit, l'A321neo a trouvé son public et le lancement (trop tardif) du Boeing 737 Max n'y a rien changé. Aujourd'hui, c'est Airbus qui détient la plus grosse part du segment.

L'avionneur américain souhaite donc introduire un nouvel appareil sur le marché, selon Bloomberg. C'est du moins ce sur quoi les ingénieurs du groupe sont en train de travailler. Encore au stade de dessin, le dénommé 797 séduit déjà les compagnies aériennes. Avec une capacité de 225 à 260 passagers, il s'intercalera entre la version la plus grande du 737 Max et la plus petite du 787. Optimisé pour les vols transatlantiques, l'avion serait le remplaçant idéal du Boeing 757.

Une question de doigté

D'ailleurs, la volonté de l'avionneur américain de combler le segment délaissé de son catalogue n'est pas nouvelle. Boeing l'avait déjà évoquait lors du salon du Bourget en 2015 sous un autre nom, le MOM pour middle of market (milieu de marché). Deux versions sont d'ores et déjà envisagées pour le Boeing 797 : l'une avec une grosse capacité mais un rayon d'action réduit, la seconde avec une faible capacité mais un rayon d'action étendu. Avec cette approche, Boeing s'adresse directement aux compagnies low-cost pour leur permettre des voyages Amérique-Europe au meilleur prix. Mais la nouvelle offre de Boeing s'adapterait aux vols entre les côtes Est et Ouest des Etats-Unis.

Le lancement d'un nouveau programme pourrait intervenir dès l'année prochaine. Les ingénieurs peaufinent leur recherche car un avion trop imposant rognerait sur le Boeing 787, tandis qu'un avion trop petit ferait entrer le 797 en compétition avec l'A320neo, bien moins cher. L'enjeu sera donc de trouver l'équilibre parfait entre les attentes des compagnies et la place vacante sur le marché. Car peu importe l'avion, le coût de développement du programme sera le même : de 10 à 15 milliards de dollars.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/03/2017 - 11h27 -

Les 737NG-800/900 et le 321 sont à l' origine de la fin de série du 757 (2004) car leurs autonomies n' étaient pas si éloignées de celle de ce dernier (6000 contre 7400). Actuellement, il n' y a que très peu de 757 exploités sur des lignes de plus de 7000 km. Les 737MAX9/10 et 321NEO,exclusivement par la nouvelle génération de moteur sont tout proche de ce que pouvait faire le 757. on peut dire que ce sont eux les remplaçants dès maintenant. Si un 797 apparaît dans 8 à 10 ans, il n' y aura pratiquement plus de 757 à remplacer. Le 797 sera probablement autre chose en distance franchissable....
Répondre au commentaire
Nom profil

23/03/2017 - 11h11 - jean-pierre

J' aurais dû ajouter dès hier que le progrès en aéronautique (hors efficacité des systèmes), se constate en mesurant les gains de poids et de surface pour exécuter une mission donnée (ex. 230 pax maximum et 7000 km pour rester sur le sujet). En 1978, il avait fallu à Boeing 182 m² de voilure pour 34 t de kérosène pour ce faire avec le 757 (pas de concurrent). Avec les 321NEO et les 737-9/10MAX, quelques 22 t de carburant suffisent dans 121 m² en économisant une vingtaine de tonnes sur la masse maximale au décollage. Ceci uniquement par la diminution de puissance nécessaire et par les gains de consommation spécifique des moteurs (consommation de chaque kilo de poussée pendant une heure), obtenus durant cette période de 40 ans...
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus